Comment sortir et S’EN SORTIR

mon bateau

… Scroll down for english …

 

   « Comment sortir et S’EN SORTIR »  (2009) est une série d’ambulations urbaines inspirée par les dérives situationnistes, adaptée à l’humeur du moment, soumise à une ou plusieurs règles du jeu.

Pour cette expérience sans limites de temps, chacun est invité à expérimenter un « déroutage » en suivant une seule règle, différente pour chacun. Quelque soit la règle, le processus de l’introspection est en jeu. L’expérience s’arrête au moment où la personne le décide.

Cette expérience peut durer plusieurs jour. La contrainte permet d’éviter de faire un choix.

Le nombre de participants est illimité.

Typologies des ambulations:

– ambulation rectiligne
ambulation relationnelle
ambulation hélio-guidée
ambulation sur roues
ambulation à droite
ambulation à gauche
ambulation chromatique
ambulation stylistique

Elles donnent lieu à une restitution écrite et documentée.

L’expérience, une fois vécue, peut se restituer  sous forme de texte assorti de pièces à convictions (sonores-visuelles).

Pièces à conviction : Un plan du parcours, réalisé de mémoire, et/ ou des matériaux récupérés pendant le trajet .

AMBULATION N°1: 15 & 16 mai 2009

AMBULATION 5 1.jpeg

Règles du jeu:

Je marche tout droit.
Si un bus s’arrête devant moi, je le prends.
Je descends plutôt en bout de ligne.
Je ne parle que si nécessaire.
Objectif instauré en cours de route : Traquer la figure de style.

Parcours:
14h00- Pelleport. Je sors d’un bon pas, bien décidée à me laisser totalement aller. Je connais la plupart des rues que j’emprunte et je me dis qu’en allant tout toujours droit, j’ai de fortes chances de me perdre à Maisons-Alfort.
Motivation: moyenne.
15h00- Rue Spinoza. Quel coup du destin, pour un philosophe, de laisser son nom à une rue absolument sans intérêt.
16h00- Toujours pas de bus. 2 mots, échangés en bref, le temps de prendre un café sur le quai de la Tournelle. Je ne marche pas droit, de toute évidence.
17h00- Place de la contre-escarpe/Montparnasse/Porte de vanves.
La perspective de Malakoff me pend joyeusement au nez.
Un vieux guitariste aux ongles noircis par la crasse m’inflige un questionnaire intrusif. Je ne réponds que par oui ou non. Il met du temps à comprendre ce que je fais.
17h30- Miracle. Le 95 passe devant moi puis s’arrête.
Je m’y engouffre. Direction Nord: Porte de Montmartre. Tant mieux.
Je reconnais les quelques places que je viens de traverser.
Retour en arrière.
Je suis sans doute passée trop vite.
Je n’ai rien trouvé.
Je n’ai rien cherché non plus.

18h30- Je descends rue du Poteau, quelques arrêts avant la Porte de Montmartre. Soudain, une figure de style m’éblouit.
Le PMU du coin se dénomme “Le paradis du Poteau”.
2 personnes en terrasse, enfin, sur le trottoir.
Un oxymoron doublé d’une métaphore. Tout à fait ce que je pressentais pour mon errance.
Je me décide à traquer la figure sans relâche. Pour éviter le poteau.
Je file droit, gonflée à bloc. Cette tendance à dévier vers la droite ne me ressemble pas.
19h30- Je traverse un 17e arrondissement que je ne connais pas. Puis le 8e, que je ne connais pas très bien non plus. Rue du rocher. Belle perspective . Je commence à fatiguer. Quelques bus sont à l’arrêt. Je ne les prends pas. C’est moi qui passent devant eux, et non l’inverse.
21h30- Rue Jacob. Juste derrière les beaux-arts. Tiens. Je connais bien. Dans quelle mesure est-ce que je n’oriente pas un peu mon trajet? Je commence à me dire que je dois trouver un hôtel sur la route. En même temps, je n’ai pas d’enveloppe de défraiement. Je décide de manger un Croque-Monsieur sur le pouce et de repartir.
J’aimerais bien croiser un bus.
22h30- 1ère entorse aux contraintes.
Un arrêt de bus, sans bus. Tant pis, je l’attends.
Ligne 39. Direction Issy-Val de Seine.
Après Convention, j’inspecte à travers la vitre les recoins susceptibles de cacher un hôtel bon marché.
23h15. Je discute ferme le prix de la chambre. C’est parfaitement ridicule. Thierry habite à 500 mètres.
10h00- Petit déjeuner in the bed. Le minimum pour affronter la journée qui m’attend.
Le set de table me laisse songeuse. Sous le pont Mirabeau coule la Seine… L’amour s’en va… Comme la vie est lente. Et comme l’Espérance est violente… Paris, tu es ma gaieté, Paris… On se retrouvera tous les deux…
Je cours en demander un neuf à la dame de service.
“Oui, oui, c’est pour le faire encadrer.”
11h30- Aujourd’hui, c’est sûr, il est fort probable que je traverse le périphérique. Je m’imagine arpentant les rues d’Issy-les-Moulineaux en ce dimanche de mai.
Motivation: plus que faible.
Une journée comme ça peut arriver. Je ne vois pas bien ce qui pourrait me sauver. Les bus sont rares.
12h30- Tout se passe exactement comme je le redoutais.
Je rajoute une règle. Tant pis.
2e entorse: “Si je croise une station de métro ou de RER, je prends le premier quai, le premier train et je vais jusqu’au bout.”
13h30- 1er quai, 1er train: Direction Versailles-Chantier.
Bout de ligne: Versailles.
Je ne pouvais mieux espérer. Après quelques heures à errer de pièces en pièces, de jardins en jardins, le spectacle impromptu des grandes eaux de Versailles me décide à mettre un terme à cette royale dérive. Il est environ 19h00.

Auto-évaluation:
Se perdre avec allégresse⇒ 64% (se perdre 50% – allégresse 78%)
Alléger la routine⇒ 99%
Désobéir au temps⇒ 60%
Méditer sur l’objectif⇒ 85%

Documents recueillis:
+ 1 photo du set de table +9 photos de papiers peints de Versailles

 

* * * * * * * * * * * * * * * *

…  english version …


How to get out into the world and deal with it

A series of urban dérives (wanderings- a term first coined by the situationnists) based on different perspectives: introspective wandering, Relationship oriented wanderings, chrono-lead drifts, … 2009-2010.

Performed in the whole town of Paris.

These one-shot performances, sometimes spontaneous investigate the fields of learning and training.

An invitation to lose control

Different types of poetic and urban « wanderings » can be chosen depending on one’s mood, and follow different rules.  This experiment can last several days. Freely inspired by the Situationist theory of dérive, the few rules are here to avoid having to make a choice.

Types of wanderings

Introspective wandering- Relationship oriented wandering- Helio-guided wandering- Wandering on wheels- Wandering to the right- Wandering to the Left – Chromatic wandering- Stylistic wandering…