How to survive in a hostile temperate environment

window

Microsoft Word - How to survive est une série de performances o
 … scroll down for english version…
 
LISTE DES PIÈCES
  • Pièce n°1 (Choisy-Le-Roi- Fondation Swedenborg pour l’Art contemporain 2005)
  • Pièce n°2 (Montreuil- Studio Pétaherz 2005)
  • Pièce n°3 (Paris- Studio de l’Ermitage 2006)
  • Pièce n°4 (Paris- Window 41- Fogs galerie- 2008)
  • Pièce n°5 (Ambazac- Petit Coudier 2010)
  • Pièce n°6 (Bruxelles- Do it yourself 2010)
  • Pièce n°7 (Poligny- Cave Théâtre 2011)
  • Pièce n°8 (Paris, Mikro TV, Festival Sonic Protest avril 2014)
  • Pièce n°9 (Athènes- Duncan Dance Research Center 2014)
  • Pièce n°10 (Athènes- Fondation Michael Cacoyanis 2014)
  • Pièce n°11 (Thessalonique- Aneton Theatre 2014)
  • Pièce n°12 (New York- Fondation Soto Velez- Underground Zero Festival 2014)
  • Pièce n°13 (Paris- Festival Vision’R 2015)

 

« Un poète mort n’écrit plus, d’où l’importance de rester vivant ». M. Houellebecq.

Comment survivre est une série de performances et de laboratoires artistiques nomades basée sur la composition en temps réel. L’improvisation est orchestrée par un programme informatique inventé et réalisé grâce au logiciel Max/MSP.

13 performances ont déjà eu lieu, dans 13 espaces différents (France- Belgique- Grèce- Etats-Unis).

Ce projet fonctionne sur l’appel à participation ou l’invitation d’artistes et tout autre volontaire.

En nous engageant à explorer différents niveaux de conscience individuelle, ce programme  entend concourir au développement de notre conscience collective.

 Conception : D. JONAS – Kit de survie: Sophie GOULLIEUX, D. JONAS – Programme: François WEBER

 

QUOI?

Performance, workshop ou laboratoire d’expérimentation, Comment survivre est fondé sur la co-création et la spontanéité de l’action.

Un programme lance de manière aléatoire une série de contraintes qui sont autant d’actions à réaliser en un temps donné. Comme pour toute composition en temps réel, on ne peut prévoir le déroulement et l’issue de ce qui se joue ou se dit. En revanche, la fin est programmée, au bout de 61 minutes, 10h, la journée entière…

L’intitulé de chaque action est composé à partir de répertoires de mots qui diffèrent selon les niveaux d’entraînement.

Chaque répertoire est évolutif et repensé à chaque étape de développement en fonction du contexte de présentation.

3 niveaux d’entraînement  se succèdent, inspirés notamment par les 3 étapes de la métamorphoses décrites par Nietzsche

Les actions afférentes à chaque niveaux sont issues, en fonction des thématiques, de listes d’obligations, de besoins et d’objectifs  à remplir. Notre volonté d’accepter ou de résister est au coeur de l’expérience.

Les participants ont à leur disposition un kit de survie pour agir ou réagir.

Cette recherche peut prendre tour à tour la forme  d’une table ronde, d’un concert, d’une pièce chorégraphique, sonore radiophonique, TV etc…

 
POURQUOI ?

 Comment survivre en milieu hostile tempéré est une expérience humaine et artistique à caractère utopique, dont la finalité serait de contribuer à élargir notre conscience individuelle pour atteindre une conscience collective. 

 
COMMENT?

Pour le biologiste Pierre BRICAGE, « Survivre c’est transformer les inconvénients en avantages et éviter que les avantages deviennent des inconvénients ».

Il s’agit donc de mettre au point une gymnastique personnelle qui stimulerait l’imaginaire, la résistance ou l’acceptation, le passage à l’action  en se fondant sur l’introspection, l’analyse du sujet, la distance et l’humour.

 Cette expérience met notamment en jeu les principes de résilience, d’intelligence émotionnelle. Elle passe au crible le facétieux « Connais toi toi-même » avant de nous engager à repenser notre rapport à l’autre et au monde.

 Elle se fonde également sur les trois étapes de la métamorphose définies par Nietzsche dans Ainsi parlait Zarathoustra.  » Je vous enseigne le surhomme. L’homme est quelque chose qui doit être surmonté. Qu’avez-vous fait pour le surmonter ? »

 

QUI  ? 

 Depuis l’origine, nous travaillons avec des artistes, acteurs, danseurs, musiciens habitués à improviser.

Aujourd’hui, nous souhaitons ouvrir le laboratoire à d’autres participants: spécialistes (philosophe, instructeur de survie…), non spécialistes (amateurs, étudiants, public) et tout autre volontaire.

 
OÙ?

Au-delà de l’espace requis pour expérimenter, cette expérience s’est déroulée  dans différents lieux (galerie, atelier, cave théâtre….),  pas seulement dédiés au spectacle : une ancienne boutique, un marché artistique… Il pourrait se dérouler dans une caserne militaire, un collège etc.

 

 

PARTENAIRES / ÉTAPES 

• Une première forme a vu le jour en 2005 dans une annexe de la Fondation Professeur Swedenborg pour l’Art contemporain (Association Arsène, Michel Jacquelin & Odile Darbelley, Ivry/ Seine). Elle fut ensuite présentée au Studio de l’Ermitage et au Studio Pétaherz (Paris, Montreuil). Le programme était alors à l’état embryonnaire, entièrement sonore et envoyé par Itunes. Cette première forme fut réalisée en collaboration avec Julie MARTIGNY.

• Une seconde étape de recherche fut entamée en 2008 aux Laboratoires d’Aubervilliers puis montrée dans la vitrine d’une boutique devenue galerie (The Window 41/ Fog Galerie). Le programme réalisé sur Max (dont la seule limite est celle de notre imagination) envoyait déjà des messages visuels et sonores aux 3 performers (Daisy BOLTER, Florent DELVAL, Manuel MARTIN). La performance, visible de la rue par la vitrine, se déroulait sur 2 niveaux (Rez-de-chaussé et 1er étage) trois soirs de suite.

• Une troisième étape a été effectuée en 2010 dans le cadre de Do it yourself, un micro-marché d’artistes situé à Bruxelles. Invitation de Bains Connectives. Une seule invitée, la musicienne Reese DESORMAIS. La performance a alors pris la forme d’un solo à caractère biographique.

 Une quatrième étape s’est déroulée à  Poligny (Jura), en 2011.  La Cave Théâtre-Mi-Scène, La Grosse entreprise, l’ENILBIO ont accueilli le projet en résidence. Performers :  Daisy BOLTER, Reese DESORMAIS, Maxence TUAL.

 Une cinquième étape, à partir de 2014, est développée à l’échelle internationale.A Athènes (mai 2014) au Duncan Dance Research Center avec la danseuse et chorégraphe grecque Mariela NESTORA. La perfomance a été présentée à la Michael Cacoyannis Foundation  et au Theatre Aneton Thessaloniki dans le cadre du Festival of Greek Choreographers. A New York (Juillet 2014), pendant Underground Zero Festival au Clemente Soto Velez Foundation avec le musicien Fa VENTILATO, la performer Christina LIU and l’acteur Tom SHANE.

La dernière pièce, pièce n°13,  fut jouée à Paris, Festival Vision’R par un vidéaste, un musicien et un escargot.

 

….
 
 
* * * * * * * * * * * * * * * *
…  english version …
 
HOW TO SURVIVE IN A HOSTILE TEMPERATE ENVIRONMENT
 

How to survive is a series of single performances and nomadic art laboratories based on real-time composition. Improvisation is orchestrated by a computer program invented with the Max / MSP software. This system involves local or international calls for participation and invitations (artists, volunteers).

LIST OF PIECES
  • Piece n°1 (Choisy-Le-Roi- Fondation Swedenborg pour l’Art contemporain 2005)
  • Piece n°2 (Montreuil- Studio Pétaherz 2005)
  • Piece n°3 (Paris- Studio de l’Ermitage 2006)
  • Piece n°4 (Paris- Window 41- Fogs galerie- 2008)
  • Piece n°5 (Ambazac- Petit Coudier 2010)
  • Piece n°6 (Bruxelles- Do it yourself 2010)
  • Piece n°7 (Poligny- Cave Théâtre 2011)
  • Piece n°8 (Paris, Mikro TV, Festival Sonic Protest avril 2014)
  • Piece n°9 (Athènes- Duncan Dance Research Center 2014)
  • Piece n°10 (Athènes- Fondation Michael Cacoyanis 2014)
  • Piece n°11 (Thessalonique- Aneton Theatre 2014)
  • Piece n°12 (New York- Fondation Soto Velez- Underground Zero Festival 2014)
  • Piece n°13 (Paris- Festival Vision’R 2015)

 

“A dead poet doesn’t write anymore, that’s why it is important to stay alive” wrote aptly Michel Houellebecq.

 By committing ourselves to explore different levels of individual consciousness, this program aims to contribute to the development of our collective consciousness.

13 performances have been held in 13 different spaces (France-Belgium-Greece-USA).
This project goes with call for participation or invitation (artists and other voluntary).

Conception / Direction: Delphine JONAS

Survival Kit: Sophie GOULLIEUX, D. JONAS

IT Program : François WEBER

 
WHAT?

Performance, workshop or experimental laboratory, How to survive is based on co-creation, research and experience sharing.

A computer program transmits on screens a random series of actions to be enacted in a compulsory time-span. As in any real-time composition, we cannot know beforehand how what is being shown will progress or what the outcome of it will be. But, on the other hand, the end is scheduled after 61 minutes, 10 hours or the whole day…

The title of each action is  composed in a random way, using a corpus of words. This corpus is different at each  level of this « training ». It’s evolutionary and rethought for each stage of progress of the work in progress (according to the site where the work is shown, the verbs can be different).

Three levels of training -or consciousness- follow one another, inspired by the 3 steps of metamorphosis (Nietzsche) :

Level I : The weight of the world

Level II : The crossing of the desert

Level III : The arrival near the doors of the city 

At their disposal, guests have a survival kit to act or react. This survival kit evolutes according to the context. It combines ready made, non identified objects, a specific selection of books…

This research can alternately take a lot of different forms :  Round table, Concert, Sound play, Choregraphic play, Sports training, Television program… 

 
WHY ?

How to survive in a hostile temperate environment is a human and artistic experiment with an utopian nature. The purpose being to contribute to a broadening of our individual and collective consciousness. 

HOW?

For the biologist Pierre BRICAGE, « To survive, it is to transform inconveniences into advantages and to avoid that advantages become inconveniences ».

Thus, the question is to finalize a personal gymnastics which would stimulate imagination, causing resistance or acceptance and acting out, based on introspection, analysis of the subject, distance and humor.

This experiment involves particularly the principles of « resilience » and « emotional intelligence ». It examines closely the facetious phrase « Know yourself » before sitring us to rethink our relationship to others and to the world around us.

It’s also based on the three stages of the metamorphosis defined by Nietzsche in Zarathoustra. « I teach you the super-man. Man is something who must be overcame. What dis you make to overcome him ? »

WHO?

For several years, we’ve been working with artists,  actors, dancers, musicians, used or not used to improvise. 

Each time, a session of work is organised during a residence.

Now, we would like also to open the laboratory to others participants: specialists (philosopher, survival instructor…), non specialists ( amators, students, audience…) and all kind of  volunteer who would like to challenge himself. 

 
WHERE?

Beyond premises required for research, this experiment took place in lots of different spaces (gallery, old studio, cellar theatre…) not only dedicated to live performance like  a disused shop lost in the city, a space for art market…  It could happen in a military barracks, a specific room in a school…

 
PARTNERS / STEPS 

• A first version of this project appeared  in 2005 in an appendix of the Professor Swedenborg for contemporary art’s foundation (Association Arsène :Michel Jacquelin & Odile Darbelley, Ivry / Seine). It was then presented at the Studio de l’Ermitage and at Studio Pétaherz (Paris, Montreuil). The program was in the embryonic state, entirely made with sounds and sent by Itunes. This first version was co-created with Julie MARTIGNY.

• A second step of this research began in 2008 in the Laboratories of Aubervilliers then shown in the shop widow of a disused shop (The Window 41/ Fog Galerie, Paris). The computer program was designed using the Max software (with which the only limit is your imagination). It already sent visual and sound messages to three performers (Daisy BOLTER, Florent DELVAL, Manuel MARTIN). The performance took place on two floors three following evenings, visible since the street.

• The third chapter of this project took place in 2010 within the framework of « Do it yourself », an artist’s micro-market located in Brussels, invited by Bains Connectives. A single guest, the singer and composer Ryz DESORMAIS. 

• The fourth stage took place in Poligny (Jura) in 2011, at La Cave Théâtre-Mi-Scène. Hosted by the Grosse entreprise, and ENILBIO welcomed the project in residence. Performers :  Daisy BOLTER, Reese DESORMAIS, Maxence TUAL.

• The fifth step, since 2014, is focused on an international level.In Athens (may 2014) at the Duncan Dance Research Center with the greek dancer and choreographer Mariela NESTORA. The project is shown at  Michael Cacoyannis Foundation  and at Theatre Aneton Thessaloniki during the Festival of Greek Choreographers. In New York (July 2014), during the Underground Zero Festival at Clemente Soto Velez Foundation with the musician Fa VENTILATO, the performer Christina LIU and the actor Tom SHANE.

The last piece, n°13, Festival Vision’R Paris, was played by a videast, a musician and a snail.

 

….